DJ Weedim a déjà écumé toute la France et ses pays limitrophes, que ce soit aux côtés de Vald, Alkpote et actuellement avec Biffty, mais aussi pour faire monter la température avant les shows des Migos, Young Thug ou encore Snoop Dogg. De passage à L’Autre Canal pour une souye nocturne en compagnie de ses acolytes du Potence Tour, le producteur nous offre sa vision de la musique, à travers les yeux de la French Bakery.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Le trajet s’est bien passé ?

Un peu en retard, sinon tout va bien. On s’est fait un Burger King, suivi de quelques bozes et d’une petite sieste.

Tu continues à composer pendant la tournée ?

Oui, mais pas dans le tour bus. Je charbonne dès que je reviens sur Paris. Tous les jours, tout le temps. Lorsque je ne produis pas, je m’ennuie à mourir.

Ton label souffle sa première bougie. Qui gère quoi au sein de la French Bakery ?

Je suis le chef d’orchestre, ou plutôt le directeur artistique. Keurvil est notre tête pensante, il élabore, trouve le nom des concepts et s’occupe également de tout ce qui est graphisme avec Mofo. Massita, elle, gère les contrats, la presse et les affaires de façon globale.

Fallait-il que tu sois indépendant pour faire de la bonne musique ?

L’appellation « bonne musique » me dérange, il y a des artistes que je déteste et que d’autres adorent. La passion prime et primera toujours. Donc non, je ne pense pas qu’il faille être indé pour faire du bon son.

Vous êtes très présents ces dernières semaines.

Exact. 2CheeseMilkShake vient de dévoiler son EP Neuilly Plaisir et les remixes de la Boulangerie Française Vol. 2 sortent tout juste du four. On y retrouve notamment King Doudou, qui a posé pour PNL, mais aussi Heisenberg, Von Bikräv et Chapo. 6rano arrive avec un projet pour l’été et dans quelques jours, ce sera au tour de Biffty avec La Potence. J’espère que vous êtes prêts pour cette dose.

L’album a été travaillé pour le live ?

À fond. La tournée avec Vald de l’an dernier nous a permis de prendre du galon. On savait qu’on était attendus, alors autant faire des gros banger sur scène et pousser la souye au maximum.

Tu en es le producteur exclusif ?

Oui, mais quelques titres ont été réalisés en collaboration avec Chapo. Le maître des drums, c’est lui ! En ce moment, je préfère triturer les samples dans tous les sens. Je structure le morceau et il vient y ajouter son grain de folie. Rien n’empêche malgré tout que nous fassions des beats de notre côté.

Di-Meh nous disait se reconnaître dans la mentalité de la Souye team.

Avant de me blesser et de vieillir, j’étais skateur. Il s’agit du seul sport que j’aime regarder à la télévision, je ne prends aucun plaisir devant le foot. Nous ne pouvons que nous entendre avec Di-Meh. Lui, Slimka et Makala forment les XTRM boyz, on est les XTRM bonus boyz. Dernièrement, nous avons partagé la scène et enregistré quelques sons ensemble. Julius a même réalisé le clip de « Sup Sup » pour Slimka. Comme on dit, c’est la famille !

Tu démarches les artistes ou ce sont eux qui viennent vers toi ?

Les deux, je n’ai pas envie de faire des déçus (sourire). En règle générale, je ne contacte que les rappeurs qui me plaisent. Nos locaux sont au AK Studios à Paris, il y a beaucoup de passage. J’erre dans les couloirs et tends l’oreille pour repérer des nouvelles pépites. Julius me met également sur pas mal de pistes.

Y a-t-il davantage de plaisir à mettre en lumière des nouveaux visages ?

Attends (rires). Les pitres derrière me déconcentrent (NDLR : Biffty, 2CheeseMilkShake et 21Souyard lui faisaient des grimaces). Dans le rap, une fois que les mecs ont percé ils ont leur équipe et ne veulent plus trop se mélanger. Même au niveau des producteurs. Quoi que, Chapo et Heisenberg ont fait le morceau « Ipséité » pour Damso. La différence est que je ne place pas d’instrus. J’ai mon label, mes artistes. Je veux développer les concepts sur la durée, dans leur entièreté, comme c’est le cas avec Biff ou 2Cheese.

Comment t’es-tu organisé pour la Boulangerie Française Vol. 2 ?

Les 19 titres se sont construits naturellement. J’ai commencé à m’activer en juillet dernier, je sentais que le moment était venu. Alkpote et moi venions de terminer Les Marches de L’Empereur Saison 2 et la tournée avec Vald était sur le point de s’achever. Le premier opus était une mixtape, nous avons décidé d’un format album car la French Bakery venait d’être mise sur pied. Tout coïncidait.

Tu en fais quel bilan ?

Une compilation ne crée jamais le même engouement que le projet d’un seul rappeur, mais les artistes qui ont posé dessus ont pu constater la façon de bosser au sein de l’équipe. Des relations se sont affirmées, ce qui est très positif.

Peut-on s’attendre à d’autres collaborations avec Alkpote ?

Nous ne sommes pas à l’abri de travailler ensemble à nouveau. Il n’y a pas de problème entre nous comme peuvent le prêter les rumeurs. Ce n’est qu’une question de temps.

Tu interviens sur le flow des MCs pour qui tu œuvres ?

Comme je l’ai expliqué, j’occupe un poste de directeur artistique. Je m’investis dans les paroles, les flows, les mélodies… dans absolument tout !

As-tu toujours voulu prendre le micro ?

Pas du tout. J’avais essayé de rapper quand j’étais gamin, mais j’ai très vite capté que j’étais nul. Je propose de l’entertainment, des boucles qui ambiancent, pas des textes complets même si j’ai un ou deux morceaux qui traînent. Mon premier rôle ne me quitte pas quand je suis derrière le mic.

Est-ce la bonne période pour être producteur ?

En réalité, il n’existe pas de moment idéal. Je suis récompensé aujourd’hui, mais cela fait des années que je m’investis dans ce métier. Si demain matin, quelqu’un décide de créer des instrus et fait de la merde, qu’il ne s’étonne pas de ne pas avancer. Le beatmaking est un travail de longue haleine, il ne faut pas être impatient. Je n’ai jamais conçu la musique en me disant que je devais faire un coup, percer et me casser. J’en fais par passion, que le succès suive ou non.

Que trouve-t-on dans ton studio ?

Pas grand-chose. Deux ordis, un micro, un préamplificateur, un compresseur, une carte son et un grinder (sourire).

D’où vient le concept Arte 360 ?

De la boîte de production Sourdoreille. Ils souhaitaient une douzaine d’artistes, nous avons fait un casting et les MCs ont posé sur les beats de Chapo et moi-même. Mettre en place ce type de concept est très compliqué. Nous n’avions que trois jours de tournage et les gens n’étaient pas forcément disponibles quand on les attendait. Je trouve le rendu sublime, j’espère qu’un deuxième épisode verra le jour.

Quelle est la requête la plus étrange qu’on t’ait faite sur cette tournée ?

L’autre jour, un mec m’envoie un message : « J’aime beaucoup ce que tu fais. Je voudrais que tu me laisses rapper pendant ton show. Tu vas m’appeler, crier mon nom. Je vais monter sur scène pour un freestyle, tu vas halluciner ! »

Tu l’as pris au sérieux ?

Évidemment que non. On ne partage pas la scène avec n’importe qui, voyons (rires).

Le repas idéal après une énorme souye ?

Je ne vais pas mentir, un truc bien gras du style Burger King ou McDonald’s. En revanche, le lendemain matin, petite salade de crevettes, avocat et San Pellegrino fraîche. Là on est bien !

Tu cuisines beaucoup ?

Je ne fais que ça, cuisiner et passer l’aspirateur. Je reviens de Thaïlande, j’y ai découvert une recette de poulet aux poivrons, avec des oignons, de l’ail et une sauce maison que je mets dans mon riz. Incroyable.

Tu vas souvent à la boulangerie ou ça relève du mythe ?

J’évite au maximum la boulange, sinon je deviens énorme. Il n’y a rien de pire que le pain et les croissants. Mon péché mignon penche plutôt vers les chaussons aux pommes, les financiers aux fruits rouges ou au chocolat. Au final, on y revient toujours…

La Potence, de Biffty et DJ Weedim sortira le 8 juin.

 

Texte : Nathan Barbabianca

Crédit : Julian Pierrot

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s